Définir la naissance

Bientôt 14 ans que ma naïveté sur la vie n’est plus. Je suis une femme positive et pleine d’énergie. J’aime la vie et ses remous. Mais il y a 14 ans, je croyais l’avoir perdue, cette femme, cette mère. Je suis devenue celle qui portait, sans le savoir, un cercueil. Un beau garçon à terme qui était attendu dans une bulle remplie d’amour de moi,  de son père et de son grand frère. J’ai assisté à beaucoup d’accouchements dans ma carrière. J’ai assisté aux moments de joie comme aux peines des parents et celles des familles vivant des moments difficiles, à des choix déchirants. Mais la vie a laissé une trace aussi sur mon cœur et sur mon corps. J’ai vécu un événement qui n’aurait jamais dû être : celui de donner naissance à un enfant mort. C’est alors que je me suis demandée ce que le mot naissance pouvait réellement dire dans de telles circonstances. En faisant des recherches sur Internet, voici ce que j’avais trouvé :

 

Chez l’homme, la naissance désigne l’instant où l’enfant sort du ventre de sa mère. C’est le début de son existence. La naissance intervient après une période de gestation de neuf mois appelée grossesse. Au terme de l’acte d’accouchement, le nouveau-né doit être capable de respirer de manière autonome.

 

Ouffff…. Alors, je n’ai pas donné naissance… Ai-je donné la mort? Devais-je vivre ce processus qu’est l’accouchement pour rencontrer la grande faucheuse?  — Soupir —

 

De temps en temps, il m’arrive encore de revivre ces souvenirs, de me demander ce que j’ai fait de si terrible pour vivre cette épreuve, de me demander d’où venait cette force à préserver notre noyau familial pour qu’elle puisse surmonter une telle tristesse.

 

C’est alors que les questions fusent de  tout bord, tout côté quant au deuil que chacun vit à sa façon,d’insister pour qu’il y ait plus de services pour nous, les parents, les frères et sœurs, les tantes, les oncles, grands-parents. Et aussi de crier à l’injustice d’oublier des gens dans ce processus de longue haleine qu’est le deuil..

 

vec le recul, je me considère chanceuse d’avoir été suffisamment outillée pour y faire face… Et  d’avoir pu y laisser ma trace, aussi petite soit-elle,  cette cause que j’ai à cœur, le deuil périnatal. Il y a 12 ans, à force de discuter avec les équipes, infirmières ainsi que leur chef de service, une graine a germé. Un comité a été créé afin de mieux outiller les professionnels de la santé et des initiatives ont été mises en place pour mieux guider la famille en pleurs après la perte de son enfant. La chef a même poussé le sujet plus loin et permis de former nombre de ces intervenants à bien épauler la maman et le papa. Par contre, avec les coupures budgétaires, une partie de ces initiatives a été abandonnée.

 

Maintenant, je suis sereine avec ces souvenirs, avec ce que j’ai voulu réaliser pour les familles une situation similaire à la mienne. Dernièrement, assise sur un banc de parc, je regardais mes enfants courir, rire, chanter. Je me suis dit que finalement, le seul pouvoir que j’ai est simple. C’est celui de sensibiliser mes enfants à la mort, mais également à la vie. Quel paradoxe! Depuis leur naissance, mon fils aîné tout comme mes deux enfants espoir vivent avec le souvenir de cet enfant qui est dans les étoiles. Nous soulignons son anniversaire et  nous parlons encore de lui. Nous imaginons ce qu’il aurait été, ce que nous aurions aimé faire avec lui, et aussi notre peine de n’avoir pu avoir davantage de souvenirs que ces 67 photos de lui. Il vit encore parmi nous, il est là dans notre cœur.

 

Il y a des jours où nous avons l’impression de voguer sur une mer sans nourriture et sans eau. Puis l’instant d’après, nous voyons un monde magnifique. C’est à cet instant précis que nous réalisons que le voyage en valait finalement la peine. Les souvenirs des péripéties deviennent alors moins amers, plus doux à notre cœur. Ne jetez pas l’ancre pour y demeurer définitivement…. Le voyage vaut la peine de longer la côte et de découvrir d’autres rivages. 

Vous avez aimé cet article? Alors, devenez membre en vous abonnant à nos listes d’envoi.