Sans elle.

  • 1

Auteur: I.Poirier

 

Cette absence, ce silence, les anniversaires soulignés, mais sans elle, maintenant six ans. Mon cœur ne sera plus jamais entier. Malgré le fait qu’il y a 6 ans le 7 février dernier, j’ai perdu ma deuxième fille suite à des complications lors de mon accouchement, que je voulais tant avoir naturellement. La douleur et la tristesse, un peu moins présente au quotidien, se cache quand même dans certaines de mes journées.

L’impression constante que la vie me doit maintenant une faveur éternelle, un service jamais rendu, me suit. Et je dois la combattre à chaque fois que je ressens la colère m’envahir!Prise avec cette impression d’incompréhension, bien que je sache pertinemment que mon entourage me soutient, m’aime et me couvre d’amour, je reste quand même avec cette couleur grise qui me voile les yeux de temps en temps! Car au fil du temps, la vie continue mais l’histoire de ma belle Annette, elle n’a jamais continué et a pris fin beaucoup trop rapidement.

J’ai du mettre un terme à mon désir d’avoir un troisième enfant car la vie me passait à côté… et avec elle s’en allait ma belle grande au yeux bleu ciel et l’amour de ma vie! Pas facile de mettre un terme à un idéal familial tellement ancré dans ma tête.
J’apprends encore à vivre avec ce deuil qui a créé chez moi une nervosité face aux stress quotidien, même une certaine forme d’angoisse! Je m’en rends compte aujourd’hui et je lutte pour être une bonne maman, une bonne amoureuse, une bonne amie.

À travers les années, je remarque toutefois que les sentiments ce transforment.
Ce qui était très difficile une certaine journée, s’est maintenant transformé en un souvenir moins douloureux et un peu plus facile à apprivoiser.Car le temps fait bel et bien son œuvre et même si jamais, au grand jamais, je n’oublierai cette petite merveille qu’est ma deuxième fille, la douleur au quotidien, elle s’est estompée tranquillement.
Son portrait bien accroché au mur de notre salon est bien visible et je ne crois pas qu’un jour il y sera enlevé… Car à travers lui, j’y vois son petit visage et quand je le regarde, je sais que notre Annette fait encore partie de notre famille et y aura toujours sa place!

3 commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse courriel ne sera pas poubliée